Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Pin It

L’un des moyens les plus anciens pourrait-il être le remède contre les infections contractées aux hôpitaux ?

Présentation du Dr Harold Michels

Harold Michels était le vice-président principal de l'association de développement de cuivre (ADC) pendant 15 années. Il est titulaire d'un baccalauréat en génie mécanique et d'un doctorat en science des matériaux. Son but est d'éliminer les infections nosocomiales (HAI) en remplaçant une grande partie du matériel hospitalier, clinique et médical par des alliages à base de cuivre.

"Les  sociétés anciennes utilisaient le cuivre pour se protéger des maladies - des centaines d'années avant la découverte de la théorie des germes. Ils l'ont utilisé parce que c’était efficace.", a déclaré Michels. «C'est probablement le plus ancien tueur de bactérie et de virus connu par la race humaine, mais il reste à le prouver scientifiquement, et c’est ce que nous faisons ".

Le point de départ

"L'une des choses qui m'a toujours intéressé quand j’avais dirigé un laboratoire de corrosion marine était que les balanes ne poussaient pas bien sur les surfaces de cuivre. Je me suis toujours demandé comment cela fonctionnait mais je n'ai jamais eu une bonne réponse ", a déclaré Michels.

Dans les années 1980, un projet d'une étudiante en infirmerie mené dans un hôpital d'Erie, en Pennsylvanie, a montré que la contamination en bactéries sur les poignées de porte en laiton, un alliage de cuivre était moins importante que sur les poignées de porte en aluminium et en acier inoxydable, a précisé M. Michels. Cependant, ce projet n'a pas été examiné par des pairs. Ainsi, tout en travaillant à l'ADC, Michels a effectué une série de tests rigoureux et approfondis sur une large gamme d'alliages de cuivre et a publié les résultats dans des revues à comité de lecture.

«J'ai choisi l’E. coli parce que c'était à quoi les hôpitaux étaient affrontés. Peu de temps après, je l'ai testé contre le SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline).Les alliages de cuivre étaient  très efficaces pour tuer le SARM. À partir de ce moment-là, nous nous sommes concentrés uniquement sur les hôpitaux », a-t-il déclaré.

Des études cliniques pour prouver la théorie

Des tests approfondis ont été effectués sur des bactéries à Gram négatif et à Gram positif ainsi que sur des virus - tout a été affecté par les alliages de cuivre. Tous ont été tués très rapidement. Cependant, afin de promouvoir ces avantages du cuivre, l’ADC  a dû se conformer aux règlements de l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA). «Il a fallu quatre années de négociations et de tests pour recevoir en 2008 l’enregistrement de santé publique pour les six bactéries que nous avons testées, y compris deux super-bactéries hospitalières ", a déclaré Michels.

Pour réaliser l'étude de l’efficacité du cuivre antimicrobien, six objets ont été rénovés avec des surfaces en alliage de cuivre qui étaient à l'origine en plastique, en bois ou en acier. D'autres pièces à proximité représentaient des salles de contrôle expérimentales. Le résultat a été une réduction bactérienne de 83% sur toutes les surfaces d'alliage de cuivre, par rapport à la quantité de bactéries trouvées sur les mêmes surfaces dans les salles de contrôle.

«Nous avons réussi à publier un article dans une revue médicale à comité de lecture qui a montré une réduction de 58% des infections nosocomiales en ne remplaçant que 6 objets dans la chambre du patient. Cela représentait moins de 10% de toute la surface de la pièce. Donc, ce fut un résultat remarquable. "

Il n'y a pas encore de super bactérie que le cuivre ne peut pas tuer. Le cuivre compromet l'intégrité de la paroi cellulaire et de toutes les fonctions vitales pour mettre fin à la bactérie ou au virus.

Les alliages de cuivre : de réels matériaux d’ingénierie

"Le cuivre antimicrobien n'est pas un simple revêtement. Nous parlons de poignées de porte en métal massif, de balustrades de lit et de plaques de poussée. Aujourd’hui il existe des catalogues comprenant des  composants hospitaliers qui sont facilement disponibles à l'achat ", a déclaré Michels. "Le pouvoir du cuivre antimicrobien est qu'il ne cesse  de fonctionner avec le temps- même sans le nettoyer".

Le cuivre : un métal sacré

"Tous les produits commerciaux en alliage de cuivre vont être légèrement plus chers que leurs homologues en aluminium ou en acier inoxydable, mais la récupération est là en dollars et en cents. Comment mettez-vous un prix pour sauver une vie?», conclut Michels.

Aujourd'hui, les hôpitaux sont les lignes de franchise pour Michels, car une fois que le cuivre antimicrobien trouve son acceptation dans les hôpitaux, il sera adopté dans d'autres établissements, comme les écoles, les restaurants, les théâtres, les centres de transport, les lieux de voyage. . Il dit que le cuivre nous aidera tous à bien se porter.

 


Pin It